Par sa formation et son savoir-faire, le géomètre-expert est compétent pour réaliser de nombreuses prestations topographiques permettant de répondre aux besoins d’une clientèle diversifiée : particuliers, maîtres d’œuvre, maîtres d’ouvrages, professions immobilières, gestionnaires d’ouvrages…

Relevés topographiques

Les relevés topographiques permettent d’établir les plans sur lesquels sont représentés la topographie d’un terrain, d’une rue ou d’un quartier, et toutes ses caractéristiques existantes : corps de bâtiments, voirie, végétation, réseaux apparents, mobilier urbain, etc. Le géomètre-expert le réalise à l’aide d’appareils de mesures topographiques : tachéomètres électroniques, scanners 3D, GPS.

Géoréférencement

Le géoréférencement permet de positionner précisément un point, un repère ou une borne de façon tridimensionnelle à l’aide des signaux émis par des satellites et captés par un récepteur au sol.

Nivellement

Le nivellement (direct ou indirect) est une opération technique permettant de définir avec précision des points dans un système de référence connu comme le Nivellement Général de la France (NGF) ou selon un système propre choisi en fonction des besoins du projet.

A l’aide d’outils de précision comme des niveaux optiques ou électroniques et une mise en oeuvre rigoureuse, le géomètre-expert peut garantir des références altimétriques avec une précision millimétrique.

Implantations

À partir d’un plan, l’implantation permet de matérialiser sur le terrain à l’aide de repères (marques, piquets…) la position et l’emprise d’un ouvrage à réaliser. Le géomètre-expert apporte la garantie de l’exactitude de cette opération décisive…

Récolement

En cours de réalisation et à la fin des travaux de réseaux, le récolement consiste à relever la position et dresser le plan des équipements (voirie, bâtiments, réseaux aériens, souterrains ou subaquatiques…) afin d’en connaître la nature et la position 3D exacte. Réalisés par le géomètre-expert, ces relevés alimentent ensuite les bases de données et sont utilisés, par exemple, pour identifier et repositionner les réseaux dans le cas de travaux ultérieurs réalisés à proximité. C’est sur la base de ces éléments que les exploitants effectuent les réponses aux déclarations de travaux.